Flower power

C’est peu de chose cette joie à peine éclose

une bohème, une osmose, un poème, une prose.

Elle s’épanouit mais ne dure, puis s’évanouit dans la nature.

On lui voit bien des charmes, on lui voue bien des larmes,

car c’est sans crier gare que notre esprit s’égare,

dans la contemplation de toute sa floraison.

Et quand le flétrissement s’empare au firmament,

d’un pétale innocent, alors la fin approche,

et notre cœur s’accroche à ce bref incident

qu’est la fleur déployée le temps d’une journée.

Ivry, terre de graff’s

Sur la grisaille des murs, des entailles colorées s’insurgent!

Textes à message, oiseaux de passage,

combien de couches superposées, combien d’œuvres ici effacées,

pour laisser naître un nouveau tableau de maître?

Chroniques éphémères à l’avenir délétère,

j’ai aimé immortaliser la poésie, l’ironie, la beauté de ces fresques métissées

qui offrent à ma ville, toute une identité…

L’Ami retrouvé

C’est à n’en pas douter une joie inégalée,

Et quand mon cœur s’emballe c’est pour mieux le fêter.

C’n’est pas un idéal mais une réalité,

celle d’un amour sans faille mais tout d’humilité.

Qu’on y croit, qu’on le raille peu importe j’ai trouvé,

une autre âme en qui j’ai mis toute ma confiance.

Je n’l’ai pas jouée aux dés mais j’ai saisi ma chance,

pour un résultat au-delà de mes espérances.

Qui donc a le secret d’une amitié qui dure,

pas de cœur brisé à la moindre fêlure?

Et s’il faut batailler pour nous éprouver,

ce n’sont là que chicanes bien vite oubliées.

La maladie s’en mêle, c’est un nuage de grêle

qui s’abat sur nous ,rude, bouscule nos habitudes

mais nous nous relèverons et nous nous empresserons

d’offrir à nos enfants une belle guérison.

Pour qu’à nouveau s’enlacent nos cœurs à l’unisson,

pour qu’à nouveau s’embrassent nos esprits polissons…

Rencontres sylvestres sur le chemin de Cadoudal

Troncs tortueux aux gueules fracassées,

aux rides profondes par-ci, et par là boursoufflés.

Par la force du vent, ils courbèrent l’échine,

mais soulevèrent le sol et dressèrent racines.

Sur l’écorce rugueuse, serpente le lierre,

des échancrures noueuses naît l’éphémère.

Au cours de ma ballade ces arbres remarquables,

à palabre ou muets ont mérite d’exister,

car dans l’esprit demeurent souvenirs enchanteurs.

 

Calanco

Calanque de Sormiou

Marseille à quelques encablures,

le soleil darde ses rayons et tu endures.

Marche, grimpe, voici qu’elle se dévoile,

l’horizon qui vacille et puis soudain des voiles.

Mer turquoise dans son écrin calcaire,

salsepareille, pin d’Alep et fougères,

ces criques poétiques où danse le mistral,

sont pour un cœur meurtri le refuge idéal.

Et de mes idées noires sont venues à bout,

et calanque de Cassis et celle de Sormiou.

Calanque de Cassis
Coucher de soleil sur les calanques

Sur la piste

Sur la piste, j’erre en ermite,

Je côtoie le vent qui me caresse doucement.

Sur la grève oubliée, pataugent les souliers,

J’ai tant à ruminer et le temps n’y fait rien,

Car ton teint buriné sans cesse me revient.

J’ai parcouru la lande où les rires scandent ton nom,

Jamais je n’y ai vu quoi que ce soit de bon.

D’un défilé profond sortit une chanson,

d’où une mer en couleur saisit avec douceur,

La rumeur enivrante de ta brasse nonchalante.

Nage, j’enrage, une fois sur deux ton visage,

As-tu vu la terre ferme avant que l’hydre de Lerne sa gueule ne referme ?

Dans une grotte j’ai péri,

périple sans menottes,

Décousu le récit d’un amour sans fausse note.

Flânerie à Rochefort en Terre

Petite cité de caractère située à quelques dizaines de kilomètres à l’est de Vannes. Quelques clichés pris au détour d’une venelle ou sur les hauteurs du château, une belle ballade sous le signe du renouveau printanier…

Place du PuitsA l’entrée du château

Détails de portes

Le végétal comme ornementationVue sur les toits ardoisés et enchevêtrésLuxuriance et renaissance printanières